Bienvenue !

Combat •• Kayden A. Justice

Messages : 15
Tableaux : 7
Avatar : Harry Styles
Autre/s compte/s : Jensen Lockwood
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Nov - 14:22
hrp:
 

Combat
feat. Kayden A. Justice
Arthur était nouveau ici et pourtant il prenait déjà ses repères, il avait déjà des gens qu'il pouvait victimiser et il commençait petit à petit à reprendre du pouvoir. C'était jouissif. Maintenant qu'il assumait son homosexualité, c'était beaucoup plus simple pour lui. Disons qu'il avait ce secret en moins qui le rendait plus fort. On ne pouvait plus l'attaquer sur son homosexualité, il en jouait même.

Aujourd'hui encore était un de ses jours où il s'amusait avec les gens. Il avait suivit une fille de première année jusqu'à la bibliothèque pour lui en faire voire de toute les couleurs. Il avait même réussit à lui créer un oeil au beurre noir. A vrai dire elle ne s'était pas beaucoup défendue et c'était devenu très lassant pour le jeune homme. Il aimait le défi et les challenge mais n'était pas non plus complètement insouciant.

La première année avait quitté la bibliothèque en pleure et complètement humiliée. Harold avait rigolé et s'était fortement moqué d'elle.
Il avait moins rigolé cependant quand il avait remarqué qu'elle avait claquée la porte et qu'il était enfermé dans la bibliothèque.
   - Putain non mais je rêve ! C'est quoi ce merdier ! Avait-il alors déclaré.

Il avait également grogné et avait tapé la porte du pied avant de couiner parce qu'avec son petit corps de faible, il s'était plus fait mal qu'autre chose.

A cette heure-ci plus personne n'était présent dans la bibliothèque. Tout le monde avait décampé et Arthur aurait fait la même s'il n'avait pas été coincé ici. N'ayant rien à faire il décida de s'aventurer dans les rayons en rouspétant.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Déconnecté Déconnecté
Âge : 20
Messages : 57
Tableaux : 16
Métier / Année : Quatrième année
Avatar : 707/Seven Zero Seven/Luciel de Mystic Messenger
Autre/s compte/s : /
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Déc - 17:25
image of the character
Combat
feat. Arthur H. Stylinson
Un connard parmi d'autres.
Des recherches. Tes mots à trouver.
Tes idées à concevoir. A coucher sur papier.
La joie des exposés.

Tu n’as rien contre les bibliothèques Kay, au contraire même. Tu adores ce silence qui règne en maître sur les lieux. Ce bruit de feuille qui se tourne. Le papier gratté pour prendre des notes. L’odeur des reliures, des vieux ouvrages et de la poussière qui commence à se faire sur les endroits les plus hauts. C’est comme si la bibliothèque était une zone neutre. Un endroit où tout le monde peut venir en paix pour s’échapper deux petites minutes du bordel qu’il y a ailleurs. Une sorte de mère là pour protéger ses enfants quand ils ont un coup de moue. Haaa… Si seulement tu n’étais pas là pour un exposé, tu aurais sans doute pris plaisir à vagabonder dans les rayons pour voir ce qu’il y a d’intéressant. A la place tu te dois de feuilleter des livres sur l’étude des marchés dans un pays dont tu ignorais jusqu’à son existence… Le pire ? C’est que tu as trouvé une montagne d’ouvrage en parlant. Kay, tu as intérêt à aimer lire !

Un livre, deux livres. Et si tu faisais une petite pause ?
Une cartouche vide, tes yeux qui se ferment par moment. Va te dégourdir les pattes !
Il ne reste qu’un bureau vide.

Tes affaires en plan et en vrac sur la table. La chaise que tu as utilisée non remise en place. Le tout avec le soleil qui teint le ciel en orange, on pourrait presque croire à un soudain abandon dû à la panique. Comme dans ces films où le héros arrive sur les lieux du drame, personne n’étant là pour l’aider à chercher des indices. C’est presque pareil pour toi, à la différence prêt que tu n’as rien à chercher. Rien qui se rapproche d’un drame. Trois pas plus loin, tu ne bouges plus Kay. Ce ciel… Es-tu resté si longtemps que ça ici ? Tu aurais juré être arrivé tôt ce matin pourtant. La fatigue a dû l’emporter et tu as dû t’assoupir quelques heures sans le savoir. Ca expliquerait pourquoi tu es aussi fatigué d’un coup, si tu viens tout juste de te réveiller.

Des bruits sourds. Tu n’es pas encore seul.
Ca jure. Une voix d’homme ?
Tu te traines lentement là-bas.

Sur place rien. Plus de bruit. Plus personne. Tu n’es pourtant pas fou Kay, tu n’étais pas seul dans la bibliothèque. La personne a dû partir. Pas à l’extérieur en tout cas. La porte est fermée… Ca signifie donc sortie impossible pour toi. Condamné à rester coincé au milieu de ces livres, autant trouver l’autre individu qui est dans le même cas que toi. Il devrait pouvoir t’expliquer comment cette porte s’est retrouvée close.  Tu souris débilement. On dirait un peu une chasse à l’homme. Une traque pour retrouver le coupable. A moins que ce ne soit qu’un témoin ?  Ca t’amuse et tu te laisses prendre à ton petit jeu pour le chercher.

Chez les contes d’enfants ? Comme si c’était possible Kay…
Cette horrible section géographie ? Par chance, ici non plus.
Le genre polar peut-être ?

Il est plus difficile à trouver qu’on ne le pense. Se cache-t-il ? T’éloignes pas trop de la réalité Kay. Ce type doit juste chercher une solution pour se barrer. Il ne va pas rester sur place et attendre comme un gentil petit chien qu’on vienne lui ouvrir. Tu regrettes qu’il y ait autant de rayons. Cela donne lieu à une grande surface de recherche…  Tu finis néanmoins par lui tomber dessus. Enfin, tu l’aperçois tourner dans un coin et tu te mets à courir pour le rattraper.

Plus petit que prévu. Tu fais presque une tête de plus.
Est-ce la dernière collection de sortie ? Il ne doit pas manquer de moyen pour s’habiller chez eux.
Tu ne penses pas le connaître. Mais tu en as entendu parler sans le savoir.

Son poignet dans ta main pour éviter de lui courir encore après, tu le fixes. Tu essaies de deviner sa réponse. De comprendre pourquoi il est là lui aussi. Tu n’y arrives pas. Tu n’as pas ce genre de pouvoir Kay. Ca te serait bien pratique. Tu te décides de le lâcher. Ton regard, lui, reste. Si tu ne peux pas deviner, il va te falloir demander.

"Heu, bonjour ? Désolé si je t’ai surpris. Je viens de voir que j’étais enfermé ici. Et toi aussi du coup. Du coup j’me disais que tu savais p’t-être quelque chose. J’étais au fond de la salle en train de rédiger un exposer donc j’ai pas pu entendre s’il s’était passé un truc. Bref, tu sais pourquoi la porte a été fermée sans vérifier s’il restait des étudiants ? Oh, au fait moi c’est Kayden. Et toi ?"

Sinon un simple « bonjour tu sais pourquoi la porte est fermée » aurait aussi fait l’affaire Kay. Qu’est-ce qu’il en a à faire que tu sois sur un exposé ou au fond de la salle ?

Messages : 15
Tableaux : 7
Avatar : Harry Styles
Autre/s compte/s : Jensen Lockwood
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Déc - 18:48
Combat
feat. Kayden A. Justice
Arthur avait beau avoir cherché de partout, il ne trouvait pas. Comme si cette bibliothèque s'était déclarée abandonnée en moins d'une fraction de seconde. Lui qui était toujours en contrôle de tout, ne supportait pas de savoir qu'il ne pourrait rien faire d'autre que d'attendre. Il avait profaner, grogner, taper et avait finalement fait tout le tour de la bibliothèque.

Alors qu'il se trouvait enfin à une porte de sortie, son poignet se fit happer par un géant. Arthur fit alors volte face en poussant un petit cris de surprise. L'inconnu parlait sans s'arrêter ce qui alarma Arthur encore plus. Son système se mit en mode "self-défense". Nombre de fois il s'était fait agresser dans la rue et à plusieurs reprise, sa vie avait faillit s'arrêter.

Il n'écouta pas son interlocuteur et n'attendit pas non plus qu'il finisse de parler. Pas le temps de niaiser. Arthur posa sa main libre sur son épaule et enfonça son genoux dans les parties génitales du monsieur.
La douleur infligée permit à Harold de s'enfuir, prenant ses jambes à son cou.

Petit à petit les éléments lui revenaient à la mémoire et il se sentait mal pour le jeune homme qui devait souffrir. Peut-être avait-il agit un peu trop rapidement. Le jeune homme trouva une table avec des feuilles et des livres ouverts. Cela devait très probablement appartenir a l'infirme, gisant quelque part. Arthur s'assit délicatement sur le siège qui se trouvait devant lui.

Le sujet présenté, Arthur le connaissait très bien. Il avait dû faire un travaille similaire récemment. Sans qu'il ne demande quoi que ce soit son cerveau se mit à circuler à dix mille à l'heure et toutes les idées fusaient. Il collait des post-it dans les pages des livres qui étaient susceptibles d'être exploitées, écrivait des idées sur des brouillons, des pistes de plan ou même de problématique.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Déconnecté Déconnecté
Âge : 20
Messages : 57
Tableaux : 16
Métier / Année : Quatrième année
Avatar : 707/Seven Zero Seven/Luciel de Mystic Messenger
Autre/s compte/s : /
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Déc - 14:36
image of the character
Combat
feat. Arthur H. Stylinson
Un connard parmi d'autres.
Une main que tu pensais amicale
Un choc soudain
Tu restes figé sur place, Kay tu es mal

Tu ne comprends pas ce qu’il vient de se passer. Ta tête s’embrouille, les larmes te montent aux yeux. Tout ce que tu sais, c’est que tu as mal. Très mal. D’où venait ce coup de genou gratuit ? Il ne sait pas que ça fait un mal de chien ?! Accroupi, la tête plus proche de tes genoux, tu souffres en silence. Tu ne sais pas qui il est. Tu ne sais pas pourquoi il a réagi de la sorte. En revanche tu sais que tu ne vas pas le laisser s’en tirer comme ça ! Tu n’aimes pas te battre sans bonne raison, mais il y  une limite à ce que tu peux laisser passer. Et puis merde c’est lui qui a lancé la première attaque alors que tu voulais juste savoir ce qu’il s’était passé. Tu reprends ton souffle, non sans difficulté, et te tentes de te remettre sur patte Kay. On dirait un fan qui vient de naître, tu fais pitié.

Il a dû partir
Il a dû s’enfuir loin
Cours Kay, cours pour le rattraper

Les secondes s’écoulent. Les minutes s’égrainent. Et toi, tu respires. Tu avances comme si c’était tes premiers pas. Tu finis par t’habituer un peu à la douleur restante. C’est une journée que tu n’oublieras pas pour sûr. Récupérer tes affaires est une priorité avant de partir en chasse de ce petit garnement. Si jamais il est déjà parti, tu ne voudrais pas laisser tes affaires en plan. Surtout que ton exposé est pour demain… Dur de faire croire à la prof que tu l’as laissé à la bibliothèque pour partir à la poursuite d’un élève inconnu parce qu’il t’a broyé les parties génitales. Où étais-tu installé déjà ? Cela te revient, près des fenêtres, pour pouvoir admirer l’extérieur lorsque tu en as marre de plancher sur ce devoir.

Un pas après l’autre
La demi-portion se trouve là
Sans gêne, sans remords

Kayden, ton sang ne fait qu’un tour. Tu te stoppes à la fin de ces rangées de livres immenses. Pas un mot ne transperce de tes lèvres. Pas un son ne sort de ta bouche. Seul ton poing qui s’abat violemment  sur l’étagère coup court au silence. Les quelques livres qui tenaient par miracle sur cette dernière atterrissent sur le sol sans délicatesse et dans un bruit sourd.  Il n’y a que ton regard rempli de colère et de mécontentement qui parle pour toi. Tu n’as pas besoin d’en dire plus. Tu n’as pas besoin de t’exprimer.

Son nez dans tes affaires n’arrange rien
Tu ne cherches pas à savoir ce qu’il fait avec
Tu ne veux pas savoir

Tu veux qu’il t’explique son geste. Qu’il dégage de tes affaires. Tu dois avoir un comportement correct Kayden. L’école n’est pas un lieu pour se battre. Tu le sais. Tu le sais très bien, mais c’est plus fort que toi. Tu détestes l’injustice et les gens qui frappent sans raison que ce soit plus fort ou plus faible que soi.


Messages : 15
Tableaux : 7
Avatar : Harry Styles
Autre/s compte/s : Jensen Lockwood
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Jan - 19:53
Combat
feat. Kayden A. Justice
Arthur avait libéré le kraken.

Malheureusement pour lui, il ne pouvait plus fuir. Il était obligé de rester ici et d'assumer les conséquences de ces actes; une chose qu'il n'avait pas vraiment envie de faire. Pas du tout même.
Quand la bête martyrisa les pauvres livres, Arthur poussa un cri tellement aiguë que les vitres auraient pu se briser. Il sursauta sur sa chaise, faisant voler ce qu'il avait dans les mains, c'est-à-dire des livres, des feuilles et des stylos. Tout était maintenant éparpillé par terre ou sur la table.

Arthur se leva rapidement de sa chaise, se jetant presque en dehors de son repose-fesse. On ne peut pas dire qu'il avait l'avantage de la taille. Il décida donc de se lever sur la table afin qu'il puisse gagner de la grandeur. Il se devait de réfléchir vite. Harold brandit l'arme la plus proche de lui : une règle de trente centimètre en plastique. Le jeune homme la tenait comme une épée.

Son corps le trahissait : ses jambes tremblaient comme des feuilles dans une brise hivernal. Son expression du visage montrait une peur palpable et sa main qui tenait l'arme mortel tremblait également. A ce moment il maudit son corps trop fragile pour contenir son esprit de génie.

Si seulement il s'était contenté à des gestes.
Si seulement.

   - Prends garde, j'ai pratiqué du taekwondo pendant plusieurs années. Je n'hésiterais pas à mettre mes années de savoir en pratique si tu oses t'approcher ou m'attaquer, monstre. Je ne souhaites pas te faire du mal, paysan.

Sa voix douce et féminine le trahissait également puisqu'elle n'était pas assurée comme d'habitude quand il avait son rôle de roi : elle était toute tremblante.
Arthur n'était pas le type de roi qui va sur le champ de bataille pour combattre : il est le type a avoir des plaisir charnelles et faire bonne figure. Ce rôle dans lequel il n'était pas à l'aise l'inquiétait plus qu'autre chose et il pouvait sentir son pouls augmenter.
(c) par elfyqchan pour Never-Utopia
Déconnecté Déconnecté
Âge : 20
Messages : 57
Tableaux : 16
Métier / Année : Quatrième année
Avatar : 707/Seven Zero Seven/Luciel de Mystic Messenger
Autre/s compte/s : /
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Jan - 16:04
image of the character
Combat
feat. Arthur H. Stylinson
Un connard parmi d'autres.
Un cri à donner mal au crâne,
Des papiers qui volent,
Tes papiers…

Malin… Tu vas devoir tout ramasser après me bordel qu’il a mis ! Tu lâches un lourd soupire alors que tu tentes de reprendre ton dû. Dû qui se résume à un stylo ayant fui jusqu’à tes pieds. Tu ne penses pas en imposer autant que ça Kay. Enfin, en colère et plus grand que ce gringalet, effectivement, tu peux concevoir un petit élan de surprise. De là à tout renverser et à bondir sur la table, c’est un peu exagérer non ? Et puis il se prend pour quoi ce merdeux ?! Ce n’est pas avec ta règle entre les mains que tu vas trembler de peur. De vous deux, c’est lui le plus froussard. Il se suffit de le regarder trembler comme une feuille alors que tu n’as strictement rien fait. La victime dans l’histoire c’est toi  Kay ! Tu te fais agresser gratuitement, tes affaires ont volé dans la pièce et pour couronner le tout tu es enfermé dans la bibliothèque. Sale journée pour toi.

Il ferait mieux de se taire.
De ne pas aggraver son cas.
Et toi te rester calme.

Le self-control ce n’est décidément pas facile. Encore moins lorsqu’un casse-couille a décidé de pointer le bout de son nez. Il va te falloir faire avec pourtant Kay. Prends une grande respiration, souris et sois poli ! Son taekwondo qui va te faire reculer. Encore moins ce bout de plastique. Te traiter de la plèbe ne risque pas non plus de faire baisser ton animosité envers tête brune. Enfin plèbe, on dirait que tu jongles entre monstres et moins que rien dans sa tête. Tu as des doutes sur lequels est le moins dégradant…   Œil pour œil, dent pour dent ! S’il brandit ta règle, tu brandiras ton stylo en guise de défense ! Cette technique ridicule vous fait plus ressembler à des gosses de primaire qu’à des lycéens.

S’il veut jouer, tu joueras aussi. Prêt à passer à l’attaque s’il se remontre hostile, tu ne te feras pas avoir comme la dernière fois ! A distance de la règle tu tournes autour de la table qui semble être là pour lui donner plus de hauteur que d’hostilité. Sur tes gardes tu te risques à te lancer dans la joute verbale qui va s’ensuivre. Au vu de son arrogance, il va forcément rétorquer à ton attaque orale. Plus que sur les gestes, les mots vous départageront !

"Le nabot ferait mieux de surveiller son langage. De un, t’es pas le seul à en avoir fait. De deux va peut-être falloir te décider, j’suis un monstre ou un paysan ? Cela dit, l’un comme l’autre peut faire tomber un homme aussi haut est-il placé. Si tu voulais vraiment ne pas me faire du mal, tu y aurais dû y réfléchir plus tôt. Rappelle-moi déjà, qui m’a agressé à coup de genou gratuitement ?"

Quelques munitions ramassées durant ton tour de table,
Ton tour n’est pas encore fini
Tu réattaques tant que tu le peux encore.

"Au passage j’vais peut-être enfin avoir mes réponses. Qu’est-ce que tu fous ici toi aussi ? Et pourquoi t’étais sur mon taf ? J’te préviens si t’es là pour foutre la merde dans mon exposé tu t’en sortiras pas indem. Ca me fait assez chier comme ça de devoir bosser plutôt que d’être dehors, hors de question de tout me retaper à cause d’un fauteur de trouble à deux balles. Si possible, je serais clément et je t’épargnerais, mais seulement si j’arrive à sortir de cet endroit."


Contenu sponsorisé
Aujourd'hui à 20:17
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum